Communication interne et externe : même combat

Pour des raisons d’efficacité ou organisationnelles, le cloisonnement entre la communication à destination interne et externe est très fréquent. D’un côté, Mathieu gère le journal d’entreprise, l’intranet, l’événementiel interne et les actions de promotion des autres services de l’entreprise. De l’autre, Lucie travaille les plaquettes, le site internet, l’événementiel externe et aide sur les campagnes marketing/commerciales. Mais qu’est-ce qui les sépare vraiment ? Et bien pas grand-chose finalement…

Des outils communs

Si on regarde bien, les outils et les techniques sont les mêmes mais adressés à des publics différents. Quand Lucie cherche à transmettre ses messages à des clients et des prospects, Mathieu lui souhaite toucher les collaborateurs de l’entreprise. Même si les canaux de transmission diffèrent on constate un phénomène de convergence des supports, à l’image des réseaux sociaux. Non seulement les salariés suivent leur entreprise et mais ils peuvent la commenter (et même la noter). Ils deviennent pour certains les ambassadeurs de la marque et pour d’autres leurs fossoyeurs. La construction des messages doit donc prendre en considération ce phénomène.

Des objectifs communs

Jamais la porosité entre la communication interne et externe n’a été aussi forte. Si un décalage de fond émerge entre les messages internes et externes, il reviendra comme un boomerang au visage de son propriétaire. Fini le temps où on pouvait magnifier l’image externe d’une société sans pouvoir la vérifier en interne. L’époque du linge qui lave plus blanc que blanc est maintenant révolue.

Bien entendu, la communication interne peut être dissociée de l’externe, ne serait-ce que pour en évaluer l’efficacité de chacune. Mais il y a tout à intérêt à ne pas les cloisonner d’un point de vue organisationnel. Mathieu et Lucie pourraient très bien travailler main dans la main. Des leviers de synergie importants existent. La plupart des actions de communication externes sont valorisables en internes. Lucie qui réalise des vidéos, par exemple, pour montrer ce dont l’entreprise est capable à ses clients. Mathieu pourrait tout aussi bien valoriser cette vidéo pour les collaborateurs. Elle contribuera, soit à donner une meilleure lecture de la société (si l’activité est grande ou complexe), soit à renforcer le sentiment d’appartenance, soit à donner de la reconnaissance aux salariés qui seraient filmés. Dans tous les cas ce n’est pas perdu. L’inverse peut en revanche s’avérer plus problématique.

Un épanouissement commun

Le visage de l’entreprise est pluriel, par le nombre de services œuvrant à sa réussite, mais son image est unique. Les enjeux internes de chacun de ces services conduisent aux succès des enjeux externes. Les considérer, les associer et les fusionner pour donner une voix cohérente et lisible aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’entreprise, tel est le défi de la communication d’aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *